Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cela faisait depuis un petit bout de temps que je n'avais pas mis d'extrait de scénario film sur ce blog. Aujourd'hui, c'est chose faite avec :

FECONDATION REFOULEE

 

Ce court-métrage a été écrit dans ma prime jeunesse (en 1998), ce qui est intéressant, c'est de comparer avec maintenant : sur la forme, il y a une évolution (et heureusement...), mais sur le fond, il y a certaines caractéristiques qui sont et seront (probablement) toujours omniprésentes.

Le style : Comédie satirique.

Le sujet : Un homme seul et désabusé par la vie voit resurgir toutes ses peines et douleurs au contact d'anciens proches. Sera-t-il capable de réagir face à cette cruelle situation ou plongera-t-il dans les profondeurs des ténèbres ?

 

 

La réponse : Je vous le dis tout de suite, c'est l'option 2 !

Voici le début (scène 1 + un bout de la 2), si ça vous plaît la suite la semaine prochaine.

1. INT / PIECE PRINCIPALE / JOUR
 
Dans la pièce principale d’un petit appartement, Jean-Pierre, qui a environ 30 ans, est installé sur une chaise face à une table où se trouvent un verre, une bouteille de Whisky, un paquet de cigarettes et un cendrier. Jean-Pierre boit, fume, subit la vie...
 
Le narrateur
(off)
Il était une fois, non pas un conte de fées, mais l’histoire de Jean-Pierre. Jean-Pierre n’a jamais eu de chance dans la vie (flash back : La mère secoue le nourrisson, puis le lance contre le mur), déjà enfant sa mère ne l’aimait point. Elle était amoureuse de son professeur qui lui était amoureux de Vladimir Nabokov (flash back : La mère et le professeur sont assis sur un canapé. Elle le regarde tendrement, tandis que lui lit "Lolita" de Vladimir Nabokov). Jeune maman à 14 ans, elle reprocha à Jean-pierre de lui avoir gâché ses plus belles années. Puis il se maria, ce fut un désastre (flash back : Photo de mariage : 1ère image - les mariés ; 2ème image - même photo, mais le marié a des cornes), 5 ans de mariage dont 4 avec des cornes. « Mon Psychiatre me donne du plaisir et me fait découvrir les jouissances de la vie » disait sa femme. Maintenant elle coule des jours heureux avec lui. Pour ponctuer le tout, Jean-Pierre fut ruiné lors de son divorce par le juge qui n’est autre que le frère aîné de son ex femme (flash back : Photo d’un juge féroce). Il perdit son emploi (flash back : Jean-Pierre traverse la porte, l’employeur sort, prend des pierres et les lui lancent), d’ailleurs son ancien patron n’était autre que le mari de la sœur cadette du psychiatre de son ex femme. Enfin, bref ! Tout ça pour dire que le seul lien qu’a Jean-Pierre avec la société ce sont les huissiers.
 
 
2. INTERIEUR / APPARTEMENT / JOUR
 
BO : la porte d’entrée s’ouvre violemment.
 
Jean-Pierre sursaute.
Devant l’entrée, RITA, son ex femme, rayonne de haine et de rancoeur.
 
Rita
(en criant)
Jean-Pierre !
 
Puis Rita s’avance d’un pas décidé vers la pièce principale.
Jean-Pierre et Rita sont face à face dans la pièce principale.
 
Rita
(Hurle)
Nadine, qui c’est cette Nadine ?
 
Jean-Pierre
(Hébété)
Mais... enfin chérie...
 
Rita
Rita !
 
Jean-Pierre
Mais Rita, je ne comprends pas.
 
Rita
(Hystérique)
T’as couché avec elle, tu m’as trompé avec cette pute !
 
Jean-Pierre
Pute ? Mais pas du tout, j’ai dû la séduire.
 
Rita
Arrête de jouer au malin, ça a tendance à m’énerver ! Toujours est-il que tu as trahi la confiance que j’avais en toi ! (Plus calme). Me faire ça à moi qui suis si innocente et si fragile...
 
Jean-Pierre se sert un verre de Whisky.
Rita sanglote.
 
Rita
(Cri)
Tu n’es qu’un ogre !
 
Sursautant, Jean-Pierre échappe son verre qui se renverse.
 
Jean-Pierre
(s’énerve doucement)
Rita, je te rappelle qu’à l’époque tu m’étais infidèle depuis déjà 3 ans avec ton psy...
 
Rita interrompe Jean-Pierre en fouillant nerveusement dans son sac, elle prend 3, 4 comprimés et les avale.
 
Rita
(Hystérique)
Ne me parle pas sur ce ton ! A l’époque, c’était dans un but purement médical. Et si j’ai suivi ce traitement aphrodisiaque, ce fut à cause de toi, j’ai toujours eu les nerfs à fleur de peau... Et toi, tu m’arrachais les pétales un à un... Enfin, Dieu soit loué, maintenant je suis guérie.
 
Tag(s) : #Cinéma

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :